Sommeil et enfants : données scientifiques

 
 

   Notre corps est doté de systèmes internes qui fonctionnent comme des horloges et déterminent l’heure de la journée à laquelle nous nous endormons, ainsi que la durée et la qualité de notre sommeil.

   Toutefois, ces systèmes ne fonctionnent pas seuls. Nos environnements physique et social ont un effet déterminant sur notre rythme naturel. Ces influences sont particulièrement importantes chez les enfants étant donné qu’ils peuvent ne pas contrôler leur environnement.


 

Double modèle de sommeil
 

   Le sommeil est un processus qui se déroule sur 24 heures. Notre corps utilise deux processus distincts pour s’assurer que nous soyons éveillés et alertes pendant la journée et que nous ayons sommeil la nuit :

   Le besoin de sommeil : Ce processus est simple. Plus nous restons éveillé, plus notre corps nous réclame du sommeil. Et lorsque nous nous endormons, le besoin de sommeil décroit pendant notre repos.

   Le processus circadien : Ce second processus est contrôlé par une horloge interne et détermine les périodes d’éveil et de sommeil. Il nous permet de rester alertes en équilibrant notre besoin de sommeil jusqu’au soir, et en nous stimulant de plus en plus pendant la journée. À la tombée de la nuit, le signal de stimulation de l’horloge s’arrête et d’autres signaux prennent le relais, ce qui permet à notre corps de répondre à ses besoins de sommeil.

 

Rôles du sommeil sur le développement
 

   Les structures du sommeil changent tout au long de l’enfance et de l’adolescence. Deux changements majeurs surviennent au cours de cette période :

   D’abord, le sommeil se consolide, c’est-à-dire que plutôt que de faire une sieste la journée, les enfants plus âgés commencent à dormir plus longtemps la nuit et réduisent le nombre de siestes nécessaires. A l’âge adulte, nous dormons pendant une période prolongée au cours d’une nuit uniquement ;
 
   Ensuite, le temps que nous passons au lit change : en grandissant, les enfants ont besoin de moins de sommeil.

   À la puberté, les jeunes subissent divers changements qui affectent leur sommeil. Les jeunes adolescents développent une préférence pour des couchers plus tardifs bien qu’ils doivent tout de même se lever tôt pour aller à l'école. Cela conduit souvent à une perte de temps de sommeil essentiel. La plupart des adolescents tentent de compenser cette perte de sommeil en dormant davantage les fins de semaines, ce qui peut combler leur besoin de sommeil, mais qui désynchronise d’autant plus leur horloge circadienne pendant les jours de la semaine. Ainsi un cycle de privation de sommeil peut causer d’importantes différences dans les horaires de sommeil de la semaine et des fins de semaines.

 

De combien d’heures de sommeil un enfant a-t-il besoin ?
 

   Le nombre d’heures « exact » qu’un enfant devrait dormir chaque nuit selon son âge n’est pas défini. Ce qui détermine la bonne quantité de sommeil de chaque enfant est que celui-ci se réveille en se sentant  reposé, et cette quantité de sommeil varie grandement d’une personne à une autre. Les nombres moyens d’heures de sommeil et de siestes nécessaires par groupe d’âges spécifiques sont indiqués dans le tableau ci-dessous. 

 

Nombre moyen d’heures de sommeil nécessaires par 24 heures et nombre moyen de siestes nécessaires par 24 heures
 

Nouveau-né 0-2 mois           16-20                                         3-10

Nourrisson 2-12 mois             9-12 la nuit, 2-4 ½ de sieste     1-4

Bébé 1-3 ans                        12-13                                          1-2

Âge préscolaire 3-5 ans       11-12                                           0-1

Âge scolaire 6-12 ans           10-11                                            0*

Adolescent 12-18 ans           9-9 ½                                            0*

Adulte  18+                       7 ½-8 ½                                             0*

 

* Dans certaines cultures de régions tropicales, les enfants plus âgés et les adultes font des siestes quotidiennes. Tableau adapté de Mindell et Owens.

 

Le sommeil, l’apprentissage et la mémoire
 

   Le sommeil affecte la « consolidation » ou le renforcement de la mémoire, laquelle nous permet d’apprendre ou de développer des compétences. La privation de sommeil peut perturber cette consolidation, ralentissant la formation de la mémoire et inhibant les processus d’apprentissage.

   Des études menées sur des adultes ont clairement prouvé que la mémorisation de renseignements nouveaux avait lieu pendant le sommeil. Toutefois, nous ne comprenons pas encore complètement le rôle du sommeil sur l’apprentissage et la mémoire chez les enfants et les jeunes.

   L’objectif à long terme de l’étude intitulée « Sleep to Remember » (Dormir pour se souvenir) est de comprendre les interactions entre le sommeil et le développement cognitif. Elle vise à caractériser les interactions qui n’ont pas encore été étudiées entre le sommeil et les systèmes qui régulent l’apprentissage et la mémoire chez les enfants et les adolescents.


 

Le sommeil et le comportement

 
   Des études ont montré que le manque de sommeil affaiblit la capacité des élèves à gérer leurs émotions. D'autres encore ont constaté que les jeunes qui ont des problèmes de sommeil sont plus enclins aux troubles de l’humeur et à la dépression. Les enfants qui ont été diagnostiqués d'un trouble de déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH) ou d'un trouble de l’anxiété se plaignent souvent de problèmes de sommeil.
 
 

Le sommeil et l’attention
 

   L’attention peut être affectée de diverses façons lorsque les enfants manquent de sommeil. Les fonctions suivantes de l’attention contribuent toutes au fonctionnement diurne et sont toutes affaiblies en cas de manque de sommeil :

   La vivacité d’esprit, qui est notre degré d’éveil et de conscience

   L’attention exécutive, qui correspond à notre capacité de concentration en présence de stimuli perturbateurs

   La vigilance, qui est notre capacité à nous concentrer longtemps sur certaines choses

   À l'inverse, les enfants qui souffrent d'un trouble du déficit de l’attention (TDAH) ont souvent des problèmes de sommeil. Certaines découvertes suggèrent que la structure de leur sommeil est instable, qu’ils ont plus de mal à s’endormir et qu’ils ressentent plus de somnolences pendant la journée.

   Pour obtenir de plus amples renseignements sur le TDAH et les troubles du sommeil, consultez la section du laboratoire ACS de Reut Gruber, Ph.D.

 
Reut Gruber, Ph.D.


 


 

Page 1     Un enfant   André A. Bernier

Page 2     Une éducation qui commence avant la naissance   Omraam Mikhaël Aïvanhov

Page 3     Lettre ouverte à tous les « méchants parents »   Stéphanie Charjoj-Auchere

Page 4     
Nos enfants   Shakti Gawain

Page 5     
Choisir d'avoir des enfants   Omraam Mikhaël Aïvanhov

Page 6     
Éduquer au renoncement et à la réceptivité   Placide Gaboury

Page 7     
Les enfants sont des miroirs   Shakti Gawain 

Page 8     
Rachel   Céline Galipeau

Page 9     
Comment éduquer son enfant   Robert Bélanger

Page 10   
Quelques principes de programmation mentale   Jacqueline Aubry

Page 11   
L'éducation de l'enfant à la lumière de la science spirituelle   Rudolf Steiner

Page 12   Les enfants « cristal »   Aurélie Pech

 

Table des matières complète de ce site
 

Autres sites web d'André A. Bernier


 


 24 




Créer un site
Créer un site