Que se passe-t-il à l’âge de raison ?



Peut-on aujourd’hui encore parler d’un âge de raison de l’enfant, traditionnellement fixé à sept ans ? Ne s’agit-il pas plutôt d’une période de développement pleine de contradictions, d’avancées… et de reculs ? Explications et conseils de Philippe Cazals, psychologue scolaire et docteur en psychanalyse, pour le magazine jeunesse Toboggan.




À quoi correspond l’âge de raison ?


Philippe Cazals : Il est généralement associé aux sept ans de l'enfant, mais il englobe en fait une période plus large entre six ans et la préadolescence. Cela correspond en psychanalyse à la période de latence. Les pulsions sexuelles sont en sommeil, ce qui permet à l'enfant de se tourner vers le monde extérieur et les apprentissages, car il est disponible, en quelque sorte.

   Il est sorti de la période œdipienne en renonçant à se marier avec Papa ou Maman, mais ce n'est pas pour autant qu'il a résolu toutes les questions qu'il se pose sur la différence des sexes. Ces interrogations vont ressurgir à l'adolescence avec une autre formulation et une nouvelle capacité à y répondre. Entre les deux, l'apaisement fait de cette période un moment de grande curiosité, notamment intellectuelle.



Cela veut-il dire que l’enfant devient raisonnable ?


Philippe Cazals : D'une certaine façon, oui. L'œdipe franchi, l'enfant a intériorisé la loi des parents: il est capable de mettre les choses à distance et il est prêt à intégrer d'autres lois. Il découvre alors la notion du bien et du mal ou celle de la justice et de l'injustice. Il peut aussi être raisonné, c'est-à-dire qu'on peut faire appel à sa raison et passer des contrats avec lui.

   Il s'affirme, exprime ses préférences, mais, paradoxalement, c'est aussi l'âge auquel il a envie de se soumettre aux attentes de ses parents, car l'autonomie fait peur ! Elle ne s'acquiert pas en un jour, de la même façon qu'un enfant n'apprend pas à nager en lâchant les bords une bonne fois pour toutes, mais en restant près du bord pour s'y raccrocher parfois.



Comment aider l’enfant à devenir plus autonome ?


Philippe Cazals : À cet âge, l'enfant est partagé entre deux désirs contradictoires : s'engager dans le monde des grands, conformément à ce que les adultes attendent de lui, et la peur de les décevoir. Pour y parvenir, il a donc besoin d'être sécurisé et d'avoir tout simplement le droit à l'erreur ou à l'oubli.

   À l'école comme à la maison, ce n'est pas parce qu'il accomplit une fois quelque chose que cela va être acquis immédiatement. Le chemin n'est pas linéaire. Enfin, c'est le moment de lui ouvrir la porte du monde, de ses richesses, de l'impliquer dans certaines décisions… Bref, de partager un maximum de découvertes avec lui !


Philippe Cazals


 


 

Page 1     Un enfant   André A. Bernier

Page 2     Une éducation qui commence avant la naissance   Omraam Mikhaël Aïvanhov

Page 3     Lettre ouverte à tous les « méchants parents »   Stéphanie Charjoj-Auchere

Page 4     
Nos enfants   Shakti Gawain

Page 5     
Choisir d'avoir des enfants   Omraam Mikhaël Aïvanhov

Page 6     
Éduquer au renoncement et à la réceptivité   Placide Gaboury

Page 7     
Les enfants sont des miroirs   Shakti Gawain 

Page 8     
Rachel   Céline Galipeau

Page 9     
Comment éduquer son enfant   Robert Bélanger

Page 10   
Quelques principes de programmation mentale   Jacqueline Aubry

Page 11   
L'éducation de l'enfant à la lumière de la science spirituelle   Rudolf Steiner

Page 12   Les enfants « cristal »   Aurélie Pech

 

Table des matières complète de ce site


Autres sites web d'André A. Bernier


 


 

 20 
 




Créer un site
Créer un site