Les enfants sont des miroirs


 

   Parce que nos enfants ne sont relativement pas abîmés, ils sont de clairs miroirs. Ils sont des êtres intuitifs, réglés sur leurs sentiments, et répondent honnêtement à l'énergie qu'ils ressentent. Ils n'ont pas encore appris à dissimuler. Quand les adultes ne parlent pas, ou n'agissent pas selon leurs sentiments réels, les enfants saisissent immédiatement la dissonance et réagissent. Observer leurs réactions peut nous aider à devenir plus conscients de nos sentiments réprimés.

   Si, par exemple, vous essayez d'avoir l'air calme et tranquille, alors qu'intérieurement vous vous sentez bouleversé et irrité, vos enfants reflèteront votre état en devenant agités et agaçants. Vous essayez de vous dominer, mais ils perçoivent l'énergie chaotique qui est en vous et la reflètent dans leur comportement. Assez bizarrement, si vous exprimez directement ce que vous ressentez vraiment sans chercher à le dissimuler (« Je suis vraiment bouleversé et frustré parce que j'ai eu une mauvaise journée. Je suis fatigué du monde, de moi et de vous ! Je veux que vous vous teniez tranquille pour avoir un peu la paix et essayer d'y voir clair. Voudriez-vous me laisser quelques minutes ? »), en général, ils se calment. Ils se sentent à l'aise par la vérité, la concordance entre vos sentiments et vos paroles.

   Beaucoup de parents pensent qu'il leur faut protéger leurs enfants de leur confusion (celle des parents), ou de leurs soit-disant sentiments négatifs. Ils pensent qu'être de bons parents signifie tenir un certain rôle, être toujours patient, aimant, sage et fort. En fait, les enfants ont besoin d'honnêteté, ils ont besoin de voir un modèle d'être humain qui passe par tous les différents sentiments et humeurs que connaît l'être humain, et qui les vit honnêtement. Cela leur permet et les aide à s'aimer eux-mêmes, en étant vrais et sincères.

   Partager vos sentiments avec vos enfants ne veut pas dire vous décharger de votre colère sur eux, ni leur faire porter le poids de vos ennuis. Cela ne signifie pas non plus que vous pouvez attendre d'eux qu'ils soient vos thérapeutes et qu'ils vous aident à résoudre vos problèmes. Plus vous vous entraînez à exprimer vos sentiments honnêtement au fur et à mesure, moins vous serez tenté de faire ces choses-là. Mais comme vous êtes humain, vous déverserez probablement votre colère et votre frustration sur eux de temps en temps. Dès que vous vous en rendez compte, dites-le leur et dites-leur que vous êtes désolé, et c'est fini. Cela fait partie de l'apprentissage des relations intimes.

   Les enfants nous servent aussi de miroirs en nous imitant, dès leur plus jeune âge. Nous sommes leurs modèles de comportement, aussi prennent-ils exemple sur nous. Nous pouvons donc les observer pour voir ce que nous faisons !

   Quand votre fils ou votre fille fait quelque chose que vous n'appréciez pas, dites-lui ce que vous en pensez, allez droit au problème. Demandez-vous toutefois à vous-même en quoi ce comportement vous reflète, ou comment vous soutiendriez s'il était le vôtre.

   Si, par exemple, vos enfants font des secrets et vous cachent des choses, demandez-vous si vous avez été vraiment ouvert et honnête sur vos sentiments envers eux. Y a-t-il quelque chose que vous cachez à quelqu'un ou à vous-même ? Est-ce que d'une certaine façon vous n'avez pas confiance en vous-même, et de ce fait pas confiance en eux ? Si vos enfants deviennent rebelles, jetez un coup d'oeil sur la relation entre votre tyran et votre rebelle intérieurs. Si votre tyran intérieur contrôle beaucoup votre vie, vos enfants exprimeront peut-être le côté rebelle que vous réprimez. Ou bien si vous avez beaucoup exprimé le rebelle dans votre vie, il se peut qu'ils vous imitent.

   Regardez bien comment ces problèmes reflètent votre processus intérieur. Si vous tirez la leçon de vos expériences pour grandir, vos enfants le feront aussi. Extérieurement, la plupart de ces processus peuvent se règler en partageant profondément et sincèrement vos sentiments, en apprenant à vous soutenir vous-même et en encourageant vos enfants à le faire aussi. Il se peut que vous ayiez envie d'être aidé par un conseiller professionnel ou par un thérapeute familial pour changer les anciennes habitudes de toute la famille.

   J'ai découvert que pour beaucoup de gens, être parents constitue une bonne excuse pour ne pas apprendre, ni se développer eux-mêmes. Très souvent, les parents passent le plus clair de leur temps concentrés sur leurs enfants, essayant de s'assurer qu'ils apprennent et grandissent covenablement. En prenant la responsabilité de la vie de leurs enfants, ils abandonnent la responsabilité de leur propre vie, avec pour conséquence malheureuse de faire sentir inconsciemment à l'enfant qu'il doit prendre la responsabilité de ses parents (parce que ses parents se sacrifient pour lui). Les enfants imitent parfois le comportement de leurs parents en se rendant responsables d'autres gens, ou bien ils peuvent se révolter contre l'incitation à se conformer aux attentes de leurs parents en agissant à l'inverse de ce qu'ils veulent.

   Il faut que les parents déplacent leur responsabilité de leurs enfants vers eux-mêmes, là où elle doit être. Rappelez-vous que les enfants apprennent par l'exemple. Ils auront tendance à faire ce que vous faites, non pas ce que vous leurs dites de faire. Plus vous apprenez à prendre soin de vous et à vivre une vie remplie et heureuse, plus il en ira de même pour eux.

   Cela ne signifie pas qu'il vous faut abandonner ou ignorer vos enfants. Cela ne signifie pas que vous les laissez faire tout ce qu'ils veulent. Vous avez avec eux une relation profonde, et comme toute relation, elle demande beaucoup d'attention et de communication. Il est important pour vous tous d'exprimer vos sentiments, de faire connaître vos besoins et d'établir clairement vos frontières. De plus, vous avez accepté de prendre certaines responsabilités physiques et financières à leur égard. Vous avez le droit d'exiger leur co-responsabilité et leur coopération dans ce processus.

   Votre attitude est décisive. Si vous percevez vraiment que vos enfants sont des entités puissantes et responsables, et si vous les traitez en égaux sur le plan de l'esprit (tout en sachant que leur forme a moins d'expérience que la vôtre), ils vous reflèteront cette attitude.

   Considérez que, depuis leur naissance, ils savent qui ils sont et ce qu'ils veulent, et qu'ils ont des sentiments et des opinions valables sur tout. Avant même qu'ils ne puissent parler, demandez-leur ce qu'ils ressentent à propos de ce qui les concerne, et faites confiance à votre intuition et aux signaux qu'ils donnent pour vous faire connaître leurs réponses. Demandez-leur, par exemple, s'ils ont envie de sortir avec vous ou s'ils préfèrent rester à la maison avec une baby-sitter. Fiez-vous à vos sentiments sur leur choix et agissez en fonction de lui. Puis faites attention aux signaux qu'ils vous donnent. Si vous les emmenez avec vous et qu'ils pleurent tout le temps, essayez la fois suivante de les laisser avec la baby-sitter.

   Continuez à mesure qu'ils grandissent à les inclure dans les décisions et les responsabilités familiales. Permettez-leur autant que possible de prendre leurs propres décisions concernant leur vie personnelle. Cela implique qu'ils auront parfois à affronter les conséquences de certaines de leurs décisions. Offrez-leur votre amour, votre soutien et vos conseils, mais faites-leur comprendre qu'ils ont fondamentalement la responsabilité de leur propre vie. Assurez-vous que vous posez clairement vos limites, ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas. Prendre leurs propres décisions n'inclut pas le droit de profiter de vous. Essayez surtout de leur communiquer vos sentiments sincères et demandez-leur de vous faire savoir ce qu'ils ressentent. Presque tous les problèmes familiaux proviennent d'un manque de communication. Vos enfants ne sauront certainement pas comment communiquer clairement, si vous ne le savez pas vous-même.

   Il semble terriblement difficile aux parents de cesser de vivre la vie de leurs enfants à leur place et de commencer à vivre la leur. Pour y parvenir, les parents doivent bien vouloir admettre combien ils sont en réalité dépendants de leurs enfants et combien ils ont peur de les voir s'en aller. Ces sentiments sont en général masqués par une projection inversée, les parents se racontent que leurs enfants dépendent d'eux et n'acceptent pas qu'ils commencent à se consacrer à la satisfaction de leurs propres besoins.

   J'ai découvert qu'il s'agit d'un faux problème. Le vrai réside dans le sentiment de dépendance des parents envers leurs enfants, dont ils ne sont en général même pas conscients ! Les enfants sont si vivants et stimulants, que les parents craignent secrètement que leurs vies ne deviennent tristes et ennuyeuses sans eux. Ou peut-être ont-ils simplement peur de se regarder en face. Dès qu'ils reconnaissent et admettent ces sentiments, ils commencent à avoir affaire au vide en eux-mêmes et dans leurs vies. Ils commencent à se pencher sur ce qu'ils veulent et chercher le moyen de l'obtenir. Ils commencent à avoir confiance en leurs sentiments profonds et à agir en fonction d'eux.

   Quand ils en arrivent là, les enfants commencent vraiment à s'épanouir. Ils sont enfin délivrés de la tâche inconsciente d'essayer de prendre soin de leurs parents ; ils sont libres de se faire pour eux-mêmes une vie digne d'être vécue ! Les enfants commencent à faire ce dont ils ont vraiment besoin pour eux-mêmes. Ils peuvent devenir les canaux qu'ils sont vraiment.

   Un couple de mes amis a une fille de quatorze ans. Depuis sa naissance, ses parents la voyaient comme un être beau et puissant, et sentaient qu'ils étaient en communication avec cet être. J'ai assisté à sa naissance chez eux à la maison, un événement merveilleux. Quelques minutes après sa naissance, je la tenais dans mes bras et elle me regarda droit dans les yeux (j'avais entendu dire auparavant que les bébés ne peuvent pas fixer leur regard si jeunes). Il me parut tout à fait évident qu'elle était bien consciente de ce qui se passait.

   Elle a été élevée dans le sens que j'ai décrit. On lui a toujours accordé le respect qu'elle méritait et traitée en entité hautement consciente. Résultat : c'est une enfant vraiment admirable. Partout où elle va, les gens remarquent sa forte présence. Il est facile de voir qu'elle est un canal ouvert de l'univers.


source : Vivez dans la Lumière, par Shakti Gawain

 

 

Page suivante



 
Page 1     Un enfant   André A. Bernier

Page 2     
Une éducation qui commence avant la naissance   Omraam Mikhaël Aïvanhov

Page 3     
Lettre ouverte à tous les « méchants parents »   Stéphanie Charjoj-Auchere

Page 4     
Nos enfants   Shakti Gawain

Page 5     
Choisir d'avoir des enfants   Omraam Mikhaël Aïvanhov

Page 6     
Éduquer au renoncement et à la réceptivité   Placide Gaboury

Page 7     
Les enfants sont des miroirs   Shakti Gawain 

Page 8     
Rachel   Céline Galipeau

Page 9     
Comment éduquer son enfant   Robert Bélanger

Page 10   
Quelques principes de programmation mentale   Jacqueline Aubry

Page 11   
L'éducation de l'enfant à la lumière de la science spirituelle   Rudolf Steiner

Page 12   
Les enfants « cristal »   Aurélie Pech

 

 


 

 
 7 
 



Créer un site
Créer un site