Comment éduquer son enfant



Explorer, c'est naturel


   Dès sa naissance, le nouveau-né entend, sent, voit, goûte et éprouve des sensations lorsqu'il est touché, caressé, transporté, nourri, baigné et changé de couche. Il éprouve la froideur et la chaleur, la rugosité et la douceur des objets et des personnes qui entrent en contact avec lui.

   Dès sa naissance, le nouveau-né est déjà doué de curiosité. Il est déjà un « explorateur ».


Offrez-lui l'occasion d'explorer avec ses yeux

   Dès les premières semaines de sa vie, le bébé commence à explorer avec ses yeux.

   C'est pourquoi, il est bon de lui faire passer les moments où il est réveillé dans des endroits bien éclairés et d'installer devant ses yeux des objets variés aux couleurs vives. Vous pouvez, par exemple, suspendre au-dessus de son berceau des dessins et des objets de formes et de couleurs variées. Vous pouvez confectionner vous-mêmes ces mobiles avec du fil, des objets divers, des morceaux de tissu, du carton ou du papier.

   Les mobiles légers suspendus à un fil ont l'avantage de bouger, ce qui est une invitation supplémentaire à explorer. Pour favoriser la curiosité de bébé, il est bon de les lui retirer de temps en temps, soit pour lui  en mettre des nouveaux ou simplement pour les lui redonner à un autre moment.

   Après quelques semaines, vous pourrez observer que votre bébé commence à suivre le mouvement de ces mobiles, de même que le mouvement des personnes et des objets que vous faites bouger devant lui.


Offrez-lui l'occasion d'explorer les sons

   Même au cours des tout premiers mois, faites-lui entendre des sons et des bruits. Évitez les cris et les bruits qui le font sursauter. Bien sûr, bébé ne peut vous répondre, mais parlez-lui quand même beaucoup. Il entend, il explore les sons, ça l'amuse et il apprend.

   Donnez-lui souvent la possibilité d'écouter la radio (à volume normal) lorsqu'il ne dort pas. Lorsqu'il sera capable d'émettre des bruits avec sa bouche, répondez à ses bruits sur le même ton. Dès qu'il commence à saisir et à manipuler des objets avec ses mains, donnez-lui des objets et des jouets qui font des sons et des bruits. Quand il fera entendre ses premiers gazouillements, encouragez-le en faisant vous-même des sons avec votre bouche. S'il se met à explorer les sons en criant, ne le grondez pas. Ignorez ses cris et intéressez-vous à lui au moment où il émet des sons plus harmonieux.

   Lorsqu'il fera du bruit en manipulant des objets ou en frappant dessus, voyez cela comme un progrès et laissez-le faire. Évitez surtout de le gronder pour cela. Si le bruit devient insupportable pour vous, présentez-lui une autre activité ou un objet qui fera un bruit plus harmonieux et plus supportable. Mettez à sa disposition de petits instruments de musique (grelot, tambourin, flûte,) que vous pouvez acheter ou confectionner vous-même, et encouragez-le à jouer avec ces instruments.

   N'oubliez pas de parler beaucoup avec lui ; c'est très important pour qu'il apprenne à parler. Si vous ne savez pas trop quoi lui dire, décrivez en détail vos activités dans la maison au fur et à mesure que vous les faites, de même que ses activités à lui.


Permettez-lui d'explorer avec ses mains

   Lorsque vous verrez que bébé commence à vouloir saisir les objets avec ses mains, enlevez de sa portée les petits mobiles et les objets qu'il pourrait avaler. Remplacez-les par des objets plus gros, de même que par des mobiles plus attachés à des ficelles. Les objets suspendus ont plus de chance d'être en mouvement et d'inviter ainsi le bébé à explorer. La variété et la brillance des couleurs ont également beaucoup d'importance, de même que la variété des textures (molles ou dures, douces ou rugueuses) et des formes. Si vous observez que bébé manifeste moins d'activités exploratrice à l'égard de ces objets, c'est qu'il est temps de les remplacer par d'autres objets. Vous verrez alors que bébé recommencera à explorer.

   Et puis, un beau jour, bébé sera capable de se traîner, puis de se déplacer à quatre pattes. C'est alors que vous devrez vous armer de patience pour permettre à ce petit touche-à-tout de satisfaire sa curiosité, tout en exerçant assez de surveillance pour lui éviter les accidents et en enlevant de sa portée les poisons et les objets avec lesquels il pourrait s'étouffer. Parmi ces poisons et objets dangereux, mentionnons les détersifs, les abrasifs, les peintures, les solvants, les médicaments, les insecticides, herbicides et pesticides, les outils (et les objets coupants), les boulons, les clous, les vis et autres petits objets qui pourraient être avalés.


La peur supprime les activités exploratrices

   L'enfant naît « explorateur ». Sa curiosité naturelle est insatiable. C'est cette curiosité naturelle qui donne à l'enfant une soif d'apprendre et, cela, toute sa vie durant. C'est elle qui sera le moteur de sa créativité et de l'exercice de ses habiletés les plus complexes et les plus variées.

   Mais voilà ! Tout ce beau devenir peut être compromis par les mesures punitives et la peur qu'elles engendrent. En effet, les activités exploratrices de l'enfant produisent inévitablement des dégâts, du bruit, des traîneries, des meubles égratignés, des appareils électriques brisés, des plantes effeuillées, des nuisances et des ennuies de toutes sortes pour les parents. De plus, des voisins, des personnes de la parenté ou des connaissances peuvent désaprouver les parents qui laissent ainsi leurs enfants « explorer » ; ils peuvent dire que la maison est en désordre et blâmer les parents de « laisser tout faire aux enfants ».

   Pour éviter le blâme et les ennuis, un grand nombre de parents prennent l'habitude de crier aux enfants « Fais pas ça ! », « Arrête ça ! », « Touche pas ! », « Replace ça ! », « Laisse ça là ! » ou « Qu'est-ce que t'as fait là ? » ; ils menacent, ils grondent, ils injurent, ils frappent et punissent sévèrement. L'enfant a peur et il cesse subitement ou graduellement de s'intéresser aux objets de son environnement.

   Ensuite, l'enfant s'intéressera davantage aux réactions de ses parents qu'aux objets de son environnement. Il cessera de bouger, de jouer et d'apprendre ; s'il explore encore parfois, il n'osera plus le faire qu'avec crainte, précaution et retenue. Sa joie de vivre et sa créativité se seront éteints en même temps que ses activités exploratrices.


Une habitation n'est pas un musée ni un sanctuaire

   L'endroit où habite l'enfant ne peut être un « musée » rempli d'objets précieux auxquels les parents interdisent de toucher.

   Ce n'est pas non plus un jardin botanique où les plantes sont soigneusement gardées sous suveillance.

   La cuisine n'est pas un « sanctuaire de bonnes-femmes » ; la vaisselle et les récipients ne sont pas des vases sacrés.

   La plancher n'est pas conçu pour accueillir des expositions de tapis ou de moquettes sur lesquels il est interdit de marcher.

   Les meubles ne sont pas exposés de façon à ce que les visiteurs se pâment devant leur style particulier.


Fournir du matériel approprié aux activités exploratrices

   Dès qu'il pourra se traîner à quatre pattes, il sera en mesure d'explorer la maison et d'aller chercher des objets qui l'intéressent. La plupart du temps, il choisira des objets d'utilité quotidienne, tel que cuillères, chaudrons, boîtes et récipients, accessoires ménagers, etc. Les parents avisés feront en sorte de mettre à sa portée une grande quantité d'objets variés.

   En plus de cette multitude d'objets qui sont déjà dans la maison, les parents pourront acheter ou confectionner quelques jouets tels : chariot à traîner, jouets à tirer, voiturette pour chevaucher et faire avancer avec les pieds, cubes en bois ou en plastic, ballons gonflés, petites balles, grande boîte en carton solide, animaux et poupées en peluche, en chiffon, en caoutchouc ou en plastic.

   À l'âge pré-scolaire (de trois à cinq ans), il est suggéré de lui fournir des crayons à colorier, du papier, du carton, des livres d'images, des catalogues, de vieux magazines, de la pâte à modeler, de la peinture digitale, des ciseaux, des cordes, des adhésifs, des puzzles, des jeux de construction, un marteau, une scie, des planches et des clous.

   Au fur et à mesure qu'il grandira, l'enfant sera en mesure de vous faire de nombreuses demandes de jouets. Vous serez souvent embarrassé et perplexe, ne sachant si vous devez lui acheter ceci ou cela. Avant de prendre une décision, demandez-vous toujours dans quelle mesure le matériel que vous voulez acheter favorise les activités exploratrices, l'apprentissage et la créativité.


Donnez à votre enfant la chance de côtoyer d'autres enfants

   Bien avant que votre enfant ne soit capable de jouer avec les autres, il faut lui fournir l'occasion de côtoyer d'autres enfants de son âge ainsi que des enfants plus âgés. Avant l'âge de trois ans environ, les parents ne peuvent s'attendre à ce que leur enfant joue avec d'autres enfants et partage ses jouets avec eux.

   Toutefois, si vous attendez à cet âge avant de le mettre en contact avec d'autres enfants, vous pouvez avoir la surprise de constater que votre enfant s'éloigne des autres en manifestant de la peur ou encore qu'il ait constamment des gestes agressifs à leur endroit.

   Évidemment, il est normal que, de temps en temps, un enfant soit agressif envers ses compagnons et compagnes de jeux. L'apprentissage de la collaboration avec les autres ne peut se faire en un clin d'oeil ni sans heurts. C'est pourquoi, il est nécessaire de lui donner l'occasion de côtoyer d'autres enfants le plus tôt possible (surtout, à partir de son premier anniversaire).

   À l'âge de trois ou quatre ans, il faudra aussi penser de lui faire fréquenter une pré-maternelle, à moins de pouvoir lui fournir ailleurs de fréquentes occasions de jouer avec des enfants de son âge et des occasions d'apprendre à se séparer de ses parents pour quelques heures.


Explorer en grandissant

   L'enfant qui, lors de ses premières années d'exploration, n'a pas été appeuré par les tapes, les punitions, les cris menaçants, les désapprobations, les critiques ou les humiliations, continuera d'explorer en grandissant. Il manifestera de plus en plus sa curiosité, sa capacité d'émerveillement, sa créativité, son indépendance et sa débrouillardise.

   Les parents devront continuer d'être permissif à l'égard des activités exploratrices de leur enfant qui grandit et de leur adolescent ou adolescente, sauf si ces activités présentent des dangers très graves pour la santé de leur fils ou de leur fille.

   Ils choisiront avec grand soin les gardiennes, les écoles, les camps de vacances et les autres institutions que fréquentent leurs enfants ; ils exerceront ensuite une surveillance appropriée sur ces personnes et ces institutions de manière à ce que leurs enfants échappent aux méthodes d'éducation punitive. Ce sont, en effet, ces méthodes qui effraient l'enfant, le rendent timide et éteignent sa curiosité, sa débrouillardise et sa créativité.


Les paroles et les gestes affectueux sont nécessaires à l'enfant qui grandit

   Malheureusement, à cause d'une éducation très puritaine, un grand nombre de parents confondent encore la séduction sexuelle avec les manifestations physiques et verbales de l'affection. C'est pourquoi, lorsque l'enfant grandit, ils cessent graduellement de le toucher, de l'entourer de leurs bras, de lui donner des baisers et de lui dire qu'ils l'aiment.

   Et pourtant, l'être humain a besoin d'affection toute sa vie. Les parents devraient continuer de manifester leur affection à leurs enfants par des paroles franches et des gestes physiques.

   Les occasions comme les départs la matin pour l'école ou pour le travail, les retours le soir après l'école ou le travail, les anniversaires, les départs et les retours de voyage, toutes ces occasions devraient donner lieu à l'expression verbale de l'affection et à des manifestatios physiques d'affection entre les membres de la famille.

   Ces gestes et ces paroles d'affection comptent parmi les ingrédients indispensables au bonheur de ceux qui les reçoivent comme de ceux qui les donnent.


Plusieurs enfants se comportent mal parce qu'ils se sont aperçus que c'est la façon la plus efficace d'obtenir l'attention des parents

   Nous apprenons aux enfants à bien se comporter quand nous soulignons leurs bons comportements.

   Plus nous nous occupons des bons comportements d'un enfant, mieux il se comporte.

   Plus nous nous occupons des mauvais comportements, plus leur nombre augmente. Si nous sommes obligés de punir souvent, c'est que nous ne montrons pas assez notre contentement pour les bons comportements.

   Nous apprenons aux enfants à mal se comporter quand nous critiquons et punissons leurs mauvais comportements et que nous ignorons leurs bons comportements.


L'enfant imite naturellement les personnes qu'il aime

   Les enfants apprennent beaucoup en imitant les personnes qu'ils aiment et admirent.

   Lorsqu'un enfant aime ses parents, il les choisit tout naturellement comme modèles. Il les imite dans leurs tâches quotidiennes et dans leurs conduites morales. De là. l'importance pour les parents de mériter cette affection et cette admiration de leur enfant en le traitant avec respect, affection et justice, en l'approuvant et en l'encourageant de temps en temps dans ses efforts et ses réalisations.

   L'approbation, l'affection et les encouragements des parents amènent l'enfant à imiter ses parents et à se conduire souvent comme eux.

source : Vinaigre ou miel, comment éduquer son enfant, par Robert Bélanger

 
 


 
Page 1     Un enfant   André A. Bernier

Page 2     Une éducation qui commence avant la naissance   Omraam Mikhaël Aïvanhov

Page 3     Lettre ouverte à tous les « méchants parents »   Stéphanie Charjoj-Auchere

Page 4     
Nos enfants   Shakti Gawain

Page 5     
Choisir d'avoir des enfants   Omraam Mikhaël Aïvanhov

Page 6     
Éduquer au renoncement et à la réceptivité   Placide Gaboury

Page 7     
Les enfants sont des miroirs   Shakti Gawain 

Page 8     
Rachel   Céline Galipeau

Page 9     
Comment éduquer son enfant   Robert Bélanger

Page 10   
Quelques principes de programmation mentale   Jacqueline Aubry
 
 

 


 

 
 9 



Créer un site
Créer un site